(Dé)construire le canon

Réunissant principalement de jeunes chercheur-e-s, ce séminaire de recherches qui s’inscrit dans l’axe « Traditions et modernités » du CRLC de Paris IV se propose d’interroger, dans une perspective critique et métacritique, les processus historiques, sociologiques et idéologiques de (dé)construction du canon littéraire occidental, notamment – mais pas exclusivement – dans sa définition par la référence « antique » ou « classique ».
En effet, si ce débat a déjà été porté au cœur de l’université aux Etats-Unis, notamment, depuis une trentaine d’années (mais aussi, par exemple, en Grande-Bretagne par la voie des cultural studies ou, depuis une quinzaine d’années et dans une moindre mesure, en Allemagne) au point d’y déclencher ce que l’on a appelé les « culture wars », les questionnements sur la légitimité de l’affirmation de textes dits « fondateurs » ou « classiques », sur les processus d’inclusion et d’exclusion identitaire à l’œuvre dans la formation du canon ainsi que sur les « politiques des représentations » (S. Hall) et stratégies disciplinaires qui s’y jouent, ou encore sur l’affirmation ou la subversion de la référence nationale dans la construction de l’histoire littéraire, sont en grande partie restés ignorés dans les discussions théoriques littéraires au sein de l’université française.
Alors même que le champ disciplinaire littéraire français s’est essentiellement constitué sur une définition en termes nationaux (qu’illustre exemplairement la reconnaissance tardive, et parfois encore difficile, mais surtout ambivalente par leur dénomination même, des études littéraires dites « francophones ») et a été en grande partie marqué par une référence, voire révérence, à prétention « universaliste » à la norme du « classicisme », il semble donc d’autant plus pertinent d’ouvrir une réflexion collective à caractère comparatiste et transnational sur les formations et déformations, constructions et contestations des corpus littéraires dits « canoniques » aussi bien à l’échelle européenne que mondiale.
Dans cette perspective, qui entend inscrire ses questionnements dans la longue durée des périodes moderne et contemporaine, il s’agira donc, en alternant entre les présentations des recherches en cours des étudiant-e-s, des lectures et discussions collectives de textes théoriques et des interventions de spécialistes sur différentes questions, débouchant sur l’organisation de journées d’étude et/ou de colloques – un grand colloque étant prévu en 2014, à l’initiative entre autres de Véronique Gély (Paris IV) autour de « The Western Canon » (H. Bloom) : 20 ans après –, de mener l’investigation critique en se fondant notamment sur les axes de réflexion suivants :
— Us et abus de l’Antiquité : dans quelle mesure la référence « antique », les dites « sources gréco-romaines » constituent-elles une question « européenne » voire « occidentale » et selon quels processus de légitimation et d’appropriation (littéraire, esthétique mais aussi politique et idéologique…) ? Cette problématique touche aussi bien la période moderne, à travers notamment la Querelle des Anciens et des Modernes et son inscription dans le champ européen, que la réactivation de ces références au moment des fascismes et de l’après-guerre (notamment dans les travaux d’un Auerbach ou d’un Curtius et par le transfert politico-culturel de cette « philologie européenne » vers le champ universitaire états-unien dans le cadre de l’exil forcé des intellectuels juifs et antinazis) puis de la construction européenne (aujourd’hui)…
— Les « classiques » et le « canon occidental » : pourquoi, comment et selon quels enjeux la référence « classique » est-elle posée comme norme et définition de « la culture européenne » et/ou « occidentale » ? Et dans quelle mesure la contestation et la redéfinition de ce même « canon occidental » avec la mise en cause du statut des « classiques » qu’elle implique, permet-elle leur réinvestissement dans les littératures mondiales ?
— Weltliteratur, littérature-monde, comparatismes : dans quelle mesure la (re)définition de la littérature comme objet mondial et transnational entraîne-t-elle une (re)définition de la notion et fixation du « canon » littéraire ? S’agit-il d’une déconstruction ou d’une reconstruction de celui-ci, qui passerait par exemple par la constitution de « contre-canons » ? Faut-il dès lors y voir un élargissement, un renversement ou au contraire un dépassement de la question du « canon » ?
— La définition du « littéraire » : que deviennent les critères de la « beauté », de « l’universalité », etc… quand leurs bases historico-philosophiques sont mises en cause ? Il s’agit aussi bien de s’interroger sur l’histoire du lexique critique et esthétique (« classique », « grand texte », « chef d’œuvre », « texte fondateur », « canon » …) que sur les conditions sociologiques, idéologiques et culturelles de la production des critères et normes de définition et sélection qui en découlent aussi bien au sein d’un champ littéraire (ou, plus largement, culturel) national que dans le cadre de la « République mondiale des lettres » (P. Casanova), ce qui implique également un questionnement sur la définition même de la « culture », notamment de la construction d’un partage entre « culture(s) populaire(s) » et « culture(s) classique(s) ».