Vendredi 6 avril 2012, 9h30-12h30: (Dé)constructions postcoloniales du canon, Maison de la Recherche, D223

La séance portera sur les (dé)constructions postcoloniales du canon à travers 2 exposés:

  • Irena TRUJIC (Postdoctorante, Université de Montréal): « Construction du canon littéraire canadien-français au XIXe siècle »

Résumé: Dans un premier temps, j’évoquerai le contexte politico-littéraire dans lequel se crée cette littérature nationale, puis je m’attarderai sur la réception des œuvres du « Mouvement de Québec » ; la critique répète en effet de façon quasi systématique que la littérature québécoise a tenté, dès son origine, de se distancier des modèles français et anglophone tout en les intégrant (alors qu’il faut compter avec le modèle latin également). Les conclusions de la critique se basant essentiellement sur Le Mouvement littéraire en Canada, il serait utile de parcourir ce texte avant la présentation. Il est disponible en ligne (p. 1 à 31) : Le mouvement littéraire en Canada. Il s’agit d’un texte ancien (1866) et passablement daté, mais il a la particularité d’avoir été écrit par celui qui s’est auto-proclamé le « père de la littérature canadienne-française ». Il permet ainsi de mettre en perspective un certain nombre de questions importantes concernant la construction d’une littérature nationale québécoise. Dans un second temps, j’analyserai un passage de l’un des « best-seller » de l’époque, Les anciens Canadiens de Philippe Aubert de Gaspé, pour montrer comment l’auteur reprend l’Énéide de Virgile pour construire un conte populaire canadien.

  • Cécile CHAPON (ENS-Paris / CRLC): « Caliban cannibale: relectures/réécritures caribéennes de La Tempête de Shakespeare »

Résumé: Il sera question de l’évolution de l’affrontement Caliban/Prospero et Caliban/Ariel de Renan à Césaire en passant par la construction des nations latino-américaines autour de la dichotomie civilisation/barbarie, par la révolution cubaine, et par les représentations du « (bon) sauvage » et du « barbare » esclave marron…

Lectures recommandées:

– Deux citations pour prolonger le débat du rapport aux classiques antiques/européens et pour introduire le thème du cannibalisme: Chapon_Caliban

– L’introduction d’un ouvrage qui retrace l’histoire des diverses appropriations de la figure de Caliban: Caliban in Exile

– L’essai « Des Cannibales » de Montaigne (au livre I des Essais)

Vendredi 23 mars 2012, 10h-12h30 (Maison de la Recherche, D 223): Querelle des Anciens et des Modernes

La prochaine séance s’intéressera aux rapports entre (dé)construction du canon et Querelle des Anciens et des Modernes à partir de trois présentations:

  • Introduction (M.-P. Harder, CRLC): « Ou bien…ou bien: la Querelle des Anciens et des Modernes, un paradigme pour penser les guerres du canon? »

Lectures proposées: un (court) chapitre de l’essai de Salvatore Settis, Le futur du classique (Futuro del Classico, 2004) permettant de faire le lien avec la discussion sur la notion de « classique »: Settis_Futur_Classique , ainsi que le compte rendu du livre de Larry F. Norman, The Shock of the Ancient Les Anciens contre-attaquent (Fabula, MP Harder)

  • Présentation de Paule Desmoulière (CRLC) autour de l’anthologie d’ A.-M. Lecoq (éd.), La Querelle des anciens et des modernes : xviiexviiie siècles (précédé de « Les abeilles et les araignées », essai de M. Fumaroli), Paris, 2001.

Lectures proposées: Le Siècle de Louis le Grand de Perrault: Siècle de Louis le Grand et le Discours sur l’Ode de Boileau: Discours sur l\’Ode

  • Présentation de Daniel Wendt (Doctorant dans le cadre du collège doctoral Bonn/Florence/Paris-Sorbonne): « Le tri. Obscénité et décanonisation dans la Querelle des Anciens et des Modernes. »

Vendredi 24 février 2012, 10h-12h30 (Maison de la Recherche, D 323): (Néo)classicisme(s) en questions

La prochaine séance sera consacrée à une réflexion autour des notions de « classicisme » et « néoclassicisme » dans les arts et la culture, notamment européens.

Nous ouvrirons la séance par une discussion sur l’histoire lexicologique des termes « classique » et « classicisme, » ainsi que sur les liens entre classicisme, construction du canon et histoire littéraire « nationale »,  à partir de trois articles:

– 2 articles d’Alain VIALA, s’interrogeant sur la même question: « Qu’est-ce qu’un classique? »:

  • son introduction au volume homonyme de Littératures classiques, 19/1993 ( = lire les 10 premières pages du fichier PDF joint): VIALA_Classique
  • son introduction au dossier consacré à « La lecture » dans le Bulletin des Bibliothèques de France, t. 37, n° 1, 1992 : VIALA_Classique_Lecture

– 1 article co-écrit par Blaise Wilfert et Martine Jey sur la construction respective du « récit national » du classicisme en Angleterre (« le siècle élisabéthain ») et en France (« le siècle de Louis XIV »): « xviie siècle classique » et « siècle d\’Élisabeth ». Deux constructions d\’un classicisme national par l\’université (France – Angleterre, 1890-1914)

Dans un deuxième temps, Caroline Dauphin (ENS- Master 2 Paris-Sorbonne) nous présentera une communication sur: « Le néo-classicisme français: entre continuations et contradictions ». Vous pouvez lire, en introduction à cette question, cette courte mise au point lexicologique: Petite lexicologie_Néoclassicisme

Mercredi 25 Janvier 2012, 10h-13h (Maison de la Recherche, D 323) : Chefs d’œuvre, vous avez dit chefs d’œuvre ?

La prochaine séance, coordonnée par Alice Pfister et Thibaut Casagrande (Paris IV-CRLC), s’intéressera aux (dé)constructions de la notion de « chef d’oeuvre » en histoire de l’art, avec les interventions de trois chercheur-e-s ayant travaillé sur l’exposition « Chefs d’œuvre ? » du Centre Pompidou de Metz (2010):

– Cécile Bargues (Paris I-Sorbonne): « Une histoire de l’art parallèle. Les débuts du Musée national d’art moderne » CV_Cécile Bargues

– Mouna Mekouar (Paris Ouest Nanterre): « Fabriquer au présent les chefs d’oeuvre du passé »

– Alexandre Quoi (Paris I-Sorbonne): « Règles conceptuelles et déconstructions du chef d’oeuvre ». CV_Alexandre Quoi

Lectures pour la séance:

Meyer Schapiro, « Race, nation et art » (1936): Schapiro_Race, nation et art (Cécile Bargues)

– Premier chapitre du Musée imaginaire d’André Malraux (Mouna Mekouar)

– Hans Belting, Le chef d’oeuvre invisible, Nîmes, Ed. J. Chambon, 2003 (Alexandre Quoi)

Lectures complémentaires:

– Déconstruction féministe de la question « Pourquoi n’y a-t-il pas eu de grandes femmes artistes? » à partir d’une déconstruction de la mythographie du « génie » singulier et du « chef d’oeuvre » en histoire de l’art : Linda Nochlin, « Why Have There Been No Great Women Artists? » (1971) repris in Women, Art and Power and Other Essays, 1988, p. 147-158. Whynogreatwomenartists_LNochlin

– Déconstruction féministe et queer du masculinisme du projet moderniste en art (notamment en France, en cinéma et littérature) à travers une critique de la notion kantienne de l’autonomie de l’oeuvre et de « l’art pour l’art »: Marie-Hélène Bourcier, « Protoféminisme, modernisme et racisme : Breillat fait son cinéma » in Queer Zones 3. Identités, cultures, politiques, 2011, p. 15-61 (extraits: p. 31-40;p. 58-61). QUEER ZONES3_pp31-40 ; QUEER ZONES3_pp58-61

De la « bibliothèque idéale » et autres manies canoniques

Lors de la séance du 7 décembre 2011, nous évoquions l’intérêt et la nécessité de mener une enquête sur les pratiques anthologiques et autres constitutions, éditoriales, journalistiques ou universitaires, de « bibliothèques idéales ». Dans Le Monde des Livres daté du vendredi 9 décembre 2011, on peut tomber, à la page 9, sur un petit encart publicitaire qui vante justement, sous le titre accrocheur « Tout l’éclat des classiques », une nouvelle série de publications intitulée « La bibliothèque du collectionneur ».

On pourra se demander, pour commencer, s’il faut en conclure qu’il s’agit d’une collection réservée à un lectorat masculin – ou si le terme de « collectionneuse » ne connaîtrait d’autre usage que celui que lui a conféré le film homonyme d’Eric Rohmer…Plus spécifiquement, le texte publicitaire présente ainsi ce projet éditorial :

« Cette nouvelle collection réunit les chefs d’œuvre de la littérature, dans une réalisation soignée, à un prix accessible : pour redécouvrir les classiques, les offrir et les collectionner.»

Ainsi se trouvent réunis trois énoncés sur lesquels le discours anthologique et, plus largement, canonique entend fonder sa cohérence: « collection », « chefs d’œuvre », « classiques », dénués de toute précision temporelle ou géographique (puisqu’il y est question de « la » littérature comme d’un objet aux contours aussi flous qu’évidents), et se donnant nécessairement sur le mode d’une « re-découverte », comme s’ils étaient présents et connus de toute éternité, à l’image d’Idées platoniciennes se saisissant par l’opération de la réminiscence.
Au bas de l’encadré sont listés les huit premiers titres de la collection, qui, de manière intéressante, rassemble, donc, des « classiques » de la littérature française (Le Rouge et le Noir, Bel-Ami) et anglaise (Jane Eyre, Le Portrait de Dorian Gray) du XIXème siècle, mais aussi des œuvres en général plutôt classées du côté de la littérature dite « populaire » ou « d’aventures » (Le Tour du Monde en 80 jours, Le Fantôme de l’Opéra), qui, cependant, comme le suggèrerait ce choix, seraient en voie de « canonisation ».

Mais peut-être cette variété, ou « ouverture », relève-t-elle aussi, outre d’une stratégie commerciale, d’une tension qui serait au cœur de la démarche anthologique entre d’une part, un principe « canonique » qui requiert la fondation d’une « bibliothèque idéale » (pour reprendre le titre de l’enquête lancée par Queneau en 1956 pour le compte de « l’Encyclopédie de la Pléiade »), constituée de « classiques » et de « chefs d’œuvres », voire de « morceaux choisis », à valeur normative et usage pédagogique, et d’autre part, un principe davantage « subjectif » ou individuel, celui d’une « collection » en tant que « bibliothèque intérieure », qui animerait par exemple le « jeu de l’île déserte », analysé notamment par Christophe Pradeau (dans un contexte essentiellement français), comme parabole du « conflit entre histoire et mémoire qui sous-tend toute mise en intrigue des passés-présents de la littérature. » Le jeu de l\’ île déserte – Christophe Pradeau
Marielle Macé, dans un article intitulé « Pour une  bibliothèque idéale : ‘La Pléiade’ et les scénarios du choix littéraire » (in J. Gleize et Ph. Roussin (dir.), La Bibliothèque de la Pléiade. Travail éditorial et valeur littéraire, Paris, 2009, p. 79-91) aborde également cette question du choix, entre collection éditoriale et sélection subjective, à l’exemple de la Bibliothèque de La Pléiade.
Dans un article intitulé « Zehn Bücher auf einer einsamen Insel – Gibt es einen Kanon europäischer Literatur? » (« Dix livres sur une île déserte – Existe-t-il un canon de littérature européenne ? » in J. A. Schlumberger und P. Segl (Hgg.), Europa – aber was ist es? Aspekte seiner Identität in interdisziplinärer Sicht, Köln, 1994, p. 95-113), János Riesz, spécialiste de littérature africaine, reprend les différents sens du « canon » (religieux, juridique, national, politique, pédagogique, idéologique, mondial, lié à une époque, individuel ou encore pratique) pour interroger, dans une perspective internationale et critique, ses liens problématiques avec la pratique nécessairement exclusive et trop souvent européo-centrée des listes de lecture, qu’elles soient journalistiques, éditoriales ou universitaires.

Pour en revenir à cette publicité pour la « Bibliothèque du collectionneur », il est frappant de constater qu’elle ne comporte ni indication de maison d’édition ni de principe de sélection (ou de personne(s) responsable(s) de celle-ci) : ainsi cette collection semble-t-elle naître toute casquée de la cuisse de Jupiter, dans l’éternelle évidence du « chef d’œuvre » et de « l’éclat des classiques » – c’est-à-dire aussi, et surtout, dans une « éclatante » décontextualisation, qui appelle, donc, à poursuivre la réflexion (historique, transnationale et comparatiste) sur les pratiques anthologiques et autres collections « idéales » pour mieux évaluer leur rôle et fonction dans les (dé)constructions du canon.

Mercredi 7 décembre 2011, 10h-13h: « Aux origines du canon » Maison de la Recherche (S 002)

La prochaine séance du séminaire aura lieu le mercredi 7 décembre 2011 de 10h à 13h en salle S 002 de la Maison de la Recherche (RDC).

Ce sera l’occasion de lancer une réflexion critique sur les origines biblico-religieuses de la notion de « canon » ainsi que sur leur rapport avec la théorie littéraire, à partir d’une présentation d’Alexandra Ivanovitch (Doctorante Paris IV-CRLC) intitulée: « Bible et littérature: d’un canon l’autre ».

L’exposé et la discussion s’appuieront notamment sur l’article (à télécharger ci-dessous) de Pierre A. Walker: « Arnold’s Legacy: Religious Rhetoric of Critics on the Literary Canon », in Virgil Nemoianu and Robert Royal (ed.), The Hospitable Canon. Essays on Literary Play, Scholarly Choice and Popular Pressures, Philadelphia, John Benjamins Publishing Company, 1991, p. 181-198. Il est donc vivement recommandé de le lire avant la séance! Texte_7déc2011_Walker_Arnold’s Legacy

  • Pour en savoir plus sur les recherches d’Alexandra Ivanovitch: http://www.crlc.paris-sorbonne.fr/FR/Page_chercheur.php?P1=121
  • Pour venir à la Maison de la Recherche: 28, rue Serpente 75006, M° Odéon ou Saint-Michel.

(Dé)construire le canon

Réunissant principalement de jeunes chercheur-e-s, ce séminaire de recherches qui s’inscrit dans l’axe « Traditions et modernités » du CRLC de Paris IV se propose d’interroger, dans une perspective critique et métacritique, les processus historiques, sociologiques et idéologiques de (dé)construction du canon littéraire occidental, notamment – mais pas exclusivement – dans sa définition par la référence « antique » ou « classique ».
En effet, si ce débat a déjà été porté au cœur de l’université aux Etats-Unis, notamment, depuis une trentaine d’années (mais aussi, par exemple, en Grande-Bretagne par la voie des cultural studies ou, depuis une quinzaine d’années et dans une moindre mesure, en Allemagne) au point d’y déclencher ce que l’on a appelé les « culture wars », les questionnements sur la légitimité de l’affirmation de textes dits « fondateurs » ou « classiques », sur les processus d’inclusion et d’exclusion identitaire à l’œuvre dans la formation du canon ainsi que sur les « politiques des représentations » (S. Hall) et stratégies disciplinaires qui s’y jouent, ou encore sur l’affirmation ou la subversion de la référence nationale dans la construction de l’histoire littéraire, sont en grande partie restés ignorés dans les discussions théoriques littéraires au sein de l’université française.
Alors même que le champ disciplinaire littéraire français s’est essentiellement constitué sur une définition en termes nationaux (qu’illustre exemplairement la reconnaissance tardive, et parfois encore difficile, mais surtout ambivalente par leur dénomination même, des études littéraires dites « francophones ») et a été en grande partie marqué par une référence, voire révérence, à prétention « universaliste » à la norme du « classicisme », il semble donc d’autant plus pertinent d’ouvrir une réflexion collective à caractère comparatiste et transnational sur les formations et déformations, constructions et contestations des corpus littéraires dits « canoniques » aussi bien à l’échelle européenne que mondiale.
Dans cette perspective, qui entend inscrire ses questionnements dans la longue durée des périodes moderne et contemporaine, il s’agira donc, en alternant entre les présentations des recherches en cours des étudiant-e-s, des lectures et discussions collectives de textes théoriques et des interventions de spécialistes sur différentes questions, débouchant sur l’organisation de journées d’étude et/ou de colloques – un grand colloque étant prévu en 2014, à l’initiative entre autres de Véronique Gély (Paris IV) autour de « The Western Canon » (H. Bloom) : 20 ans après –, de mener l’investigation critique en se fondant notamment sur les axes de réflexion suivants :
— Us et abus de l’Antiquité : dans quelle mesure la référence « antique », les dites « sources gréco-romaines » constituent-elles une question « européenne » voire « occidentale » et selon quels processus de légitimation et d’appropriation (littéraire, esthétique mais aussi politique et idéologique…) ? Cette problématique touche aussi bien la période moderne, à travers notamment la Querelle des Anciens et des Modernes et son inscription dans le champ européen, que la réactivation de ces références au moment des fascismes et de l’après-guerre (notamment dans les travaux d’un Auerbach ou d’un Curtius et par le transfert politico-culturel de cette « philologie européenne » vers le champ universitaire états-unien dans le cadre de l’exil forcé des intellectuels juifs et antinazis) puis de la construction européenne (aujourd’hui)…
— Les « classiques » et le « canon occidental » : pourquoi, comment et selon quels enjeux la référence « classique » est-elle posée comme norme et définition de « la culture européenne » et/ou « occidentale » ? Et dans quelle mesure la contestation et la redéfinition de ce même « canon occidental » avec la mise en cause du statut des « classiques » qu’elle implique, permet-elle leur réinvestissement dans les littératures mondiales ?
— Weltliteratur, littérature-monde, comparatismes : dans quelle mesure la (re)définition de la littérature comme objet mondial et transnational entraîne-t-elle une (re)définition de la notion et fixation du « canon » littéraire ? S’agit-il d’une déconstruction ou d’une reconstruction de celui-ci, qui passerait par exemple par la constitution de « contre-canons » ? Faut-il dès lors y voir un élargissement, un renversement ou au contraire un dépassement de la question du « canon » ?
— La définition du « littéraire » : que deviennent les critères de la « beauté », de « l’universalité », etc… quand leurs bases historico-philosophiques sont mises en cause ? Il s’agit aussi bien de s’interroger sur l’histoire du lexique critique et esthétique (« classique », « grand texte », « chef d’œuvre », « texte fondateur », « canon » …) que sur les conditions sociologiques, idéologiques et culturelles de la production des critères et normes de définition et sélection qui en découlent aussi bien au sein d’un champ littéraire (ou, plus largement, culturel) national que dans le cadre de la « République mondiale des lettres » (P. Casanova), ce qui implique également un questionnement sur la définition même de la « culture », notamment de la construction d’un partage entre « culture(s) populaire(s) » et « culture(s) classique(s) ».