De la “bibliothèque idéale” et autres manies canoniques

Lors de la séance du 7 décembre 2011, nous évoquions l’intérêt et la nécessité de mener une enquête sur les pratiques anthologiques et autres constitutions, éditoriales, journalistiques ou universitaires, de « bibliothèques idéales ». Dans Le Monde des Livres daté du vendredi 9 décembre 2011, on peut tomber, à la page 9, sur un petit encart publicitaire qui vante justement, sous le titre accrocheur « Tout l’éclat des classiques », une nouvelle série de publications intitulée « La bibliothèque du collectionneur ».

On pourra se demander, pour commencer, s’il faut en conclure qu’il s’agit d’une collection réservée à un lectorat masculin – ou si le terme de « collectionneuse » ne connaîtrait d’autre usage que celui que lui a conféré le film homonyme d’Eric Rohmer…Plus spécifiquement, le texte publicitaire présente ainsi ce projet éditorial :

« Cette nouvelle collection réunit les chefs d’œuvre de la littérature, dans une réalisation soignée, à un prix accessible : pour redécouvrir les classiques, les offrir et les collectionner.»

Ainsi se trouvent réunis trois énoncés sur lesquels le discours anthologique et, plus largement, canonique entend fonder sa cohérence: « collection », « chefs d’œuvre », « classiques », dénués de toute précision temporelle ou géographique (puisqu’il y est question de « la » littérature comme d’un objet aux contours aussi flous qu’évidents), et se donnant nécessairement sur le mode d’une « re-découverte », comme s’ils étaient présents et connus de toute éternité, à l’image d’Idées platoniciennes se saisissant par l’opération de la réminiscence.
Au bas de l’encadré sont listés les huit premiers titres de la collection, qui, de manière intéressante, rassemble, donc, des « classiques » de la littérature française (Le Rouge et le Noir, Bel-Ami) et anglaise (Jane Eyre, Le Portrait de Dorian Gray) du XIXème siècle, mais aussi des œuvres en général plutôt classées du côté de la littérature dite « populaire » ou « d’aventures » (Le Tour du Monde en 80 jours, Le Fantôme de l’Opéra), qui, cependant, comme le suggèrerait ce choix, seraient en voie de « canonisation ».

Mais peut-être cette variété, ou « ouverture », relève-t-elle aussi, outre d’une stratégie commerciale, d’une tension qui serait au cœur de la démarche anthologique entre d’une part, un principe « canonique » qui requiert la fondation d’une « bibliothèque idéale » (pour reprendre le titre de l’enquête lancée par Queneau en 1956 pour le compte de « l’Encyclopédie de la Pléiade »), constituée de « classiques » et de « chefs d’œuvres », voire de « morceaux choisis », à valeur normative et usage pédagogique, et d’autre part, un principe davantage « subjectif » ou individuel, celui d’une « collection » en tant que « bibliothèque intérieure », qui animerait par exemple le « jeu de l’île déserte », analysé notamment par Christophe Pradeau (dans un contexte essentiellement français), comme parabole du « conflit entre histoire et mémoire qui sous-tend toute mise en intrigue des passés-présents de la littérature. » Le jeu de l\’ île déserte – Christophe Pradeau
Marielle Macé, dans un article intitulé « Pour une  bibliothèque idéale : ‘La Pléiade’ et les scénarios du choix littéraire » (in J. Gleize et Ph. Roussin (dir.), La Bibliothèque de la Pléiade. Travail éditorial et valeur littéraire, Paris, 2009, p. 79-91) aborde également cette question du choix, entre collection éditoriale et sélection subjective, à l’exemple de la Bibliothèque de La Pléiade.
Dans un article intitulé « Zehn Bücher auf einer einsamen Insel – Gibt es einen Kanon europäischer Literatur? » (« Dix livres sur une île déserte – Existe-t-il un canon de littérature européenne ? » in J. A. Schlumberger und P. Segl (Hgg.), Europa – aber was ist es? Aspekte seiner Identität in interdisziplinärer Sicht, Köln, 1994, p. 95-113), János Riesz, spécialiste de littérature africaine, reprend les différents sens du « canon » (religieux, juridique, national, politique, pédagogique, idéologique, mondial, lié à une époque, individuel ou encore pratique) pour interroger, dans une perspective internationale et critique, ses liens problématiques avec la pratique nécessairement exclusive et trop souvent européo-centrée des listes de lecture, qu’elles soient journalistiques, éditoriales ou universitaires.

Pour en revenir à cette publicité pour la « Bibliothèque du collectionneur », il est frappant de constater qu’elle ne comporte ni indication de maison d’édition ni de principe de sélection (ou de personne(s) responsable(s) de celle-ci) : ainsi cette collection semble-t-elle naître toute casquée de la cuisse de Jupiter, dans l’éternelle évidence du « chef d’œuvre » et de « l’éclat des classiques » – c’est-à-dire aussi, et surtout, dans une « éclatante » décontextualisation, qui appelle, donc, à poursuivre la réflexion (historique, transnationale et comparatiste) sur les pratiques anthologiques et autres collections « idéales » pour mieux évaluer leur rôle et fonction dans les (dé)constructions du canon.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search