Mercredi 25 Janvier 2012, 10h-13h (Maison de la Recherche, D 323) : Chefs d’œuvre, vous avez dit chefs d’œuvre ?

La prochaine séance, coordonnée par Alice Pfister et Thibaut Casagrande (Paris IV-CRLC), s’intéressera aux (dé)constructions de la notion de « chef d’oeuvre » en histoire de l’art, avec les interventions de trois chercheur-e-s ayant travaillé sur l’exposition « Chefs d’œuvre ? » du Centre Pompidou de Metz (2010):

– Cécile Bargues (Paris I-Sorbonne): « Une histoire de l’art parallèle. Les débuts du Musée national d’art moderne » CV_Cécile Bargues

– Mouna Mekouar (Paris Ouest Nanterre): « Fabriquer au présent les chefs d’oeuvre du passé »

– Alexandre Quoi (Paris I-Sorbonne): « Règles conceptuelles et déconstructions du chef d’oeuvre ». CV_Alexandre Quoi

Lectures pour la séance:

Meyer Schapiro, « Race, nation et art » (1936): Schapiro_Race, nation et art (Cécile Bargues)

– Premier chapitre du Musée imaginaire d’André Malraux (Mouna Mekouar)

– Hans Belting, Le chef d’oeuvre invisible, Nîmes, Ed. J. Chambon, 2003 (Alexandre Quoi)

Lectures complémentaires:

– Déconstruction féministe de la question « Pourquoi n’y a-t-il pas eu de grandes femmes artistes? » à partir d’une déconstruction de la mythographie du « génie » singulier et du « chef d’oeuvre » en histoire de l’art : Linda Nochlin, « Why Have There Been No Great Women Artists? » (1971) repris in Women, Art and Power and Other Essays, 1988, p. 147-158. Whynogreatwomenartists_LNochlin

– Déconstruction féministe et queer du masculinisme du projet moderniste en art (notamment en France, en cinéma et littérature) à travers une critique de la notion kantienne de l’autonomie de l’oeuvre et de « l’art pour l’art »: Marie-Hélène Bourcier, « Protoféminisme, modernisme et racisme : Breillat fait son cinéma » in Queer Zones 3. Identités, cultures, politiques, 2011, p. 15-61 (extraits: p. 31-40;p. 58-61). QUEER ZONES3_pp31-40 ; QUEER ZONES3_pp58-61

De la « bibliothèque idéale » et autres manies canoniques

Lors de la séance du 7 décembre 2011, nous évoquions l’intérêt et la nécessité de mener une enquête sur les pratiques anthologiques et autres constitutions, éditoriales, journalistiques ou universitaires, de « bibliothèques idéales ». Dans Le Monde des Livres daté du vendredi 9 décembre 2011, on peut tomber, à la page 9, sur un petit encart publicitaire qui vante justement, sous le titre accrocheur « Tout l’éclat des classiques », une nouvelle série de publications intitulée « La bibliothèque du collectionneur ».

On pourra se demander, pour commencer, s’il faut en conclure qu’il s’agit d’une collection réservée à un lectorat masculin – ou si le terme de « collectionneuse » ne connaîtrait d’autre usage que celui que lui a conféré le film homonyme d’Eric Rohmer…Plus spécifiquement, le texte publicitaire présente ainsi ce projet éditorial :

« Cette nouvelle collection réunit les chefs d’œuvre de la littérature, dans une réalisation soignée, à un prix accessible : pour redécouvrir les classiques, les offrir et les collectionner.»

Ainsi se trouvent réunis trois énoncés sur lesquels le discours anthologique et, plus largement, canonique entend fonder sa cohérence: « collection », « chefs d’œuvre », « classiques », dénués de toute précision temporelle ou géographique (puisqu’il y est question de « la » littérature comme d’un objet aux contours aussi flous qu’évidents), et se donnant nécessairement sur le mode d’une « re-découverte », comme s’ils étaient présents et connus de toute éternité, à l’image d’Idées platoniciennes se saisissant par l’opération de la réminiscence.
Au bas de l’encadré sont listés les huit premiers titres de la collection, qui, de manière intéressante, rassemble, donc, des « classiques » de la littérature française (Le Rouge et le Noir, Bel-Ami) et anglaise (Jane Eyre, Le Portrait de Dorian Gray) du XIXème siècle, mais aussi des œuvres en général plutôt classées du côté de la littérature dite « populaire » ou « d’aventures » (Le Tour du Monde en 80 jours, Le Fantôme de l’Opéra), qui, cependant, comme le suggèrerait ce choix, seraient en voie de « canonisation ».

Mais peut-être cette variété, ou « ouverture », relève-t-elle aussi, outre d’une stratégie commerciale, d’une tension qui serait au cœur de la démarche anthologique entre d’une part, un principe « canonique » qui requiert la fondation d’une « bibliothèque idéale » (pour reprendre le titre de l’enquête lancée par Queneau en 1956 pour le compte de « l’Encyclopédie de la Pléiade »), constituée de « classiques » et de « chefs d’œuvres », voire de « morceaux choisis », à valeur normative et usage pédagogique, et d’autre part, un principe davantage « subjectif » ou individuel, celui d’une « collection » en tant que « bibliothèque intérieure », qui animerait par exemple le « jeu de l’île déserte », analysé notamment par Christophe Pradeau (dans un contexte essentiellement français), comme parabole du « conflit entre histoire et mémoire qui sous-tend toute mise en intrigue des passés-présents de la littérature. » Le jeu de l\’ île déserte – Christophe Pradeau
Marielle Macé, dans un article intitulé « Pour une  bibliothèque idéale : ‘La Pléiade’ et les scénarios du choix littéraire » (in J. Gleize et Ph. Roussin (dir.), La Bibliothèque de la Pléiade. Travail éditorial et valeur littéraire, Paris, 2009, p. 79-91) aborde également cette question du choix, entre collection éditoriale et sélection subjective, à l’exemple de la Bibliothèque de La Pléiade.
Dans un article intitulé « Zehn Bücher auf einer einsamen Insel – Gibt es einen Kanon europäischer Literatur? » (« Dix livres sur une île déserte – Existe-t-il un canon de littérature européenne ? » in J. A. Schlumberger und P. Segl (Hgg.), Europa – aber was ist es? Aspekte seiner Identität in interdisziplinärer Sicht, Köln, 1994, p. 95-113), János Riesz, spécialiste de littérature africaine, reprend les différents sens du « canon » (religieux, juridique, national, politique, pédagogique, idéologique, mondial, lié à une époque, individuel ou encore pratique) pour interroger, dans une perspective internationale et critique, ses liens problématiques avec la pratique nécessairement exclusive et trop souvent européo-centrée des listes de lecture, qu’elles soient journalistiques, éditoriales ou universitaires.

Pour en revenir à cette publicité pour la « Bibliothèque du collectionneur », il est frappant de constater qu’elle ne comporte ni indication de maison d’édition ni de principe de sélection (ou de personne(s) responsable(s) de celle-ci) : ainsi cette collection semble-t-elle naître toute casquée de la cuisse de Jupiter, dans l’éternelle évidence du « chef d’œuvre » et de « l’éclat des classiques » – c’est-à-dire aussi, et surtout, dans une « éclatante » décontextualisation, qui appelle, donc, à poursuivre la réflexion (historique, transnationale et comparatiste) sur les pratiques anthologiques et autres collections « idéales » pour mieux évaluer leur rôle et fonction dans les (dé)constructions du canon.